Michael Carpentier, fondateur de
Rituels, était l’invité de la quatrième édition des matinées du CAMP mercredi
matin lors d’un petit déjeuner-conférence où d’autres entrepreneurs sont venus
l’écouter pour s’inspirer de son succès.

Professionnel
du service-conseil en marketing numérique dans lequel il a travaillé pendant 15
ans, Michael Carpentier voulait savoir ce que c’était d’investir de l’argent
dans sa propre entreprise. Ayant un visage sensible au rasage et ne trouvant
pas de produits adéquats pour se raser sauf aux États-Unis, il a eu l’idée de
créer Rituels, une boutique en ligne de vente de produits de rasage
traditionnel et de soins pour hommes en 2011.

Michael
Carpentier a bâti son entreprise en investissant 5 000 $ dans un site
Internet et quelques produits qui l’intéressaient pour sa peau et le SEO sur le
web tout en continuant à travailler pour son agence de marketing. Cela fait
seulement six mois qu’il est à temps plein sur son entreprise.

Précurseur dans son domaine, Rituels
s’est donné comme mission de révolutionner l’achat et la consommation de
produits de rasage et le commerce au détail au Québec.

Fort de son succès en
ligne, l’entrepreneur a décidé d’ouvrir sa première boutique physique le 13
novembre dernier sur la rue Saint-Joseph, malgré un contexte économique
difficile pour les commerces de détail.

« Ce n’est
pas vrai qu’Internet tue le commerce de détail. Les commerces sont en
difficultés parce qu’ils ne font pas les choses correctement et n’investissent
pas dans les bons canaux », a souligné le chef d’entreprise. « Acheter en ligne,
c’est pour la commodité, acheter dans un magasin c’est recevoir un service
extraordinaire », ajoute-t-il.

Depuis ses
ventes n’ont pas cessé de progresser avec une augmentation de 393 % en
novembre, 544 % en décembre et 651 % en janvier par rapport à l’an dernier. Michael Carpentier
envisage d’ouvrir d’autres boutiques. L’un de ses secrets, rituels propose aux
clients de la boutique d’envoyer la facture par courriel. En janvier,
l’entreprise a envoyé un bon de réduction avec la facture pour un achat en
ligne dans les 30 jours suivants. Le succès a été phénoménal.

Le magasin
est devenu aussi un panneau publicitaire. L’entrepreneur raconte que l’un de
ses clients en ligne est venu de Blainville une fin de semaine à Québec avec sa
conjointe et ses enfants exprès pour aller à la boutique.

Grandir, mais pas à n’importe quel
prix

Michael
Carpentier prévoyait une croissance de 65 % par année, mais Rituels a
connu un tel succès que les chiffres sont bien au-delà des attentes et
maintenant il doit faire face aux défis de la mise en échelle.

« J’ai débuté
avec une pièce chez moi pour entreposer mes produits, maintenant je dois
agrandir l’entrepôt et engager une personne à temps plein pour s’en occuper
tout en m’assurant que l’âme de Rituels reste la même. Beaucoup d’entreprises
font l’erreur en grandissant de choisir un certain marketing pour ne déplaire à
personne plutôt que de rester fidèle à leurs valeurs », affirme l’entrepreneur.

Les
produits de Rituels sont chers, mais selon Michael Carpentier ce n’est pas un
problème, car ils sont beaux et d’une grande qualité. Avant d’entrer une gamme,
tous les produits sont testés et doivent répondre à certains critères. La
clientèle est âgée entre 30 et 45 ans, mais l’entreprise ne cherche pas à
cibler une clientèle spécifique. Elle répond plutôt à un besoin et met le
service à la clientèle au cœur de ses préoccupations. Sur le site de Rituel, un
personnage, le Colonel répond aux questions des clients et en boutique, le
personnel prend le temps de bien connaître les besoins du client selon sa peau.
Pour Michael
Carpentier, fidéliser un client est le plus important. Il faut lui donner le
goût de revenir. Le client doit être engagé émotivement.

« Les gens
achètent des rasoirs en pharmacie, ils regardent le paquet et le prix, mais le
résultat sur leur peau est catastrophique et le rasage est loin d’être un
plaisir. Quand ils viennent chez nous, on leur raconte l’histoire du rasoir. Ça
devient un achat émotif », explique Michael Carpentier. 

La qualité
des produits est aussi primordiale. Il donne l’exemple du forgeron qu’il a
déniché au Colorado et qui est spécialisé dans la fabrication de rasoir.
Shavesmith fabrique entre autres les rasoirs japonais de type Kamisori sur mesure pour
Rituels.

Pour
l’instant le site est juste en français et les ventes exclusivement au Canada.
Une version anglaise est en cours de création et Michael envisage d’ouvrir sur
le marché américain, mais seulement avec quelques produits. Une autre boutique
va ouvrir à Québec et il y a des prévisions pour des boutiques à Montréal et du
côté anglophone.

À noter
que Le CAMP déménage dans les anciens locaux du CLD au 125 boulevard Charest
Est le 22 février.