« Dans quel domaine voudrais-tu travailler? ». Donald Drouin n’a jamais eu à se poser la question. Son intérêt pour les finances, il l’a depuis qu’il est tout jeune. Président et conseiller en sécurité financière chez Trifolium depuis maintenant 5 ans et dans le domaine depuis 30 ans, M. Drouin vit aujourd’hui de sa passion. Mais malgré son titre important, il est tout ce qu’il y a de plus humain. Il aime profiter de ses temps libres pour faire de la randonnée, du vélo ou de la moto, et la meilleure façon pour lui de commencer la journée est avec un bon jus d’orange et un café.

Pleins feux sur le parcours d’un président d’entreprise passionné et plein d’humanité.

Une histoire de famille

Quand on lui demande de parler de son enfance, il se compare à la blague au célèbre personnage de bande dessinée Obélix, il a suivi les traces de son père, tailleur de menhirs, avant d’en devenir fournisseur. Comme son héros d’enfance, Donald Drouin a appris son métier en imitant son père, lui-même conseiller financier depuis 1963. Tous les vendredis après-midi, il allait faire du classement de dossiers avec lui dans ses bureaux. C’est donc sans grande surprise qu’en 1993, Donald Drouin commence à travailler pour son père dans les services financiers. Ce n’est que six mois plus tard qu’il devient propriétaire majoritaire et qu’il prend les rênes de l’entreprise.

 

Un exemple pour les jeunes entrepreneurs


Aujourd’hui, Trifolium compte deux succursales une à Shawinigan et l’autre à Québec. Mais le parcours de Donald Drouin transparaît toujours dans les valeurs de l’entreprise familiale. En effet, le président n’a pas peur des idées de la relève. Au contraire, son inspiration, il la trouve dans les idées des jeunes qui, comme lui, ont grandit dans le domaine. Il en a conscience : le monde du travail évolue rapidement et il faut constamment s’adapter à ces changements. C’est pourquoi, en tant que président, il croit qu’il faut faire preuve d’énormément d’écoute pour faire évoluer une entreprise.

S’il avait quelques conseils à donner aux jeunes qui comme lui, veulent devenir président d’entreprise, il leur dirait de ne pas travailler seulement pour travailler, mais plutôt d’oser vivre de leur passion. Pour lui, la clé du succès se retrouve dans deux choses simples : avoir un projet qui vous passionne et avoir l’audace de foncer.