Si je m’arrêtais pour
vous dire que cette année, j’ai généré 777 kilogrammes de déchets urbains
solides tels que du plastique, carton, papier, etc., pour qu’ils soient ensuite
brûlés dans un site d’enfouissement juste à côté de chez vous, est-ce que cela
vous tracasserait?

Sans exagérer, selon Statistique Canada, 777 kilogrammes de déchets ont
été générés par habitant canadien en 2008. Ainsi, la quantité de déchets non
dangereux envoyés à des sites d’enfouissements privés et publics s’est chiffrée
à 25,0 millions de tonnes métriques
en 2012
.

Il faut toutefois
rester optimiste, parce que chaque jour les gens sont enthousiastes à faire
maigrir leurs poubelles, et ironiquement, les épiceries en vrac nous emballent
de plus en plus !

C’est le cas de
l’épicerie écologique LOCO : la première épicerie écologique zéro déchet
basé à Montréal qui ouvrira ses portes très bientôt dans le quartier Villeray.

Depuis leur rencontre
à la maîtrise en sciences de l’environnement à l’UQAM, les quatre fondatrices
de l’épicerie, Andréanne, Martine, Marie-Soleil et Sophie ont mis sur place un
projet qui nous donne une bouffée d’air frais. En suivant des modèles
d’épiceries, zéro déchet situé en Europe ainsi que l’épicerie Silo à
Sherbrooke, les quatre entrepreneures en sont venues à créer un modèle
d’épicerie innovant qui combine santé et respect de l’environnement, le tout
avec une touche éducative.

Dans leur épicerie,
vous allez pouvoir aider votre communauté un panier à la fois, en débarquant
avec vos propres contenants, ou en empruntant des contenants de LOCO.
L’épicerie offrira une gamme complète de produits alimentaires (fruits et
légumes, légumineuses, riz, pâtes, huiles et vinaigres, farines, herbes et
épices, prêt-à-manger, etc.) ainsi que d’usage courant (savons, shampooing,
crème pour le corps, etc.) en évitant les produits transformés en industries.
Mais c’est aussi un lieu qui offrira des produits qui facilitent le mode de vie
zéro déchet comme les sacs en tissus, pots réutilisables, mouchoirs en tissus,
etc.

Déjà plusieurs petits
fournisseurs locaux d’aliments frais ont embarqué dans le projet et sont prêts
à remplir les bacs de l’épicerie, limitant la pollution liée à l’agriculture
industrielle. Pour les fruits et les légumes qui ne peuvent pas provenir du
Canada, ils seront tous équitables pour valoriser une relation égalitaire avec
les producteurs du Sud.

LOCO essaime
rapidement de l’enthousiasme à travers Montréal. En plus du côté écologique,
les partisans de LOCO auront accès à des aliments plus abordables puisqu’il n’y
aura pas de frais d’emballage ou de marketing.

« C’est incroyable de
voir à quel point toutes les personnes à qui l’on parle de notre projet sont
enthousiastes et ont envie que ça fonctionne ! Les citoyens sont de plus en
plus conscients que notre mode de vie n’est pas durable. IIs veulent faire les
choses différemment, mais ne savent pas par où commencer, ni où trouver les
outils pour y arriver », s’exclame Marie-Soleil L’Allier

Pas de doute,
l’ouverture de LOCO sera la preuve qu’il est possible de revenir à des
processus qui n’utilisent plus de suremballages. Suivez-les sur leurs médias
sociaux, pour leur grande ouverture qui aura lieu très bientôt !

http://www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/150610/dq150610a-fra.htm
http://www.statcan.gc.ca/pub/16-201-x/2012000/aftertoc-aprestdm1-fra.htm