Alexandre Taillefer est un entrepreneur et investisseur qui s’est d’abord fait connaître du grand public grâce à l’émission « Dans l’Oeil du Dragon ». Depuis de nombreuses années déjà, il fait la promotion de l’entrepreneuriat au Québec. Pour lui, ce n’est pas que l’argent qui est intéressant; ce qu’il désire le plus, c’est d’avoir un impact positif.

De jeune entrepreneur à homme d’affaires chevronné

Alexandre Taillefer a fait des études en informatique, en administration et en marketing avant de sauter à pieds joints dans le monde de l’entrepreneuriat. À 21 ans seulement, il fonde, en 1993, sa première entreprise, Intellia. Cette agence de marketing interactif, qui s’est développée par la suite sous le nom de Nurun, a finalement été rachetée par Publicis. En 2001, il lance Hexacto, une entreprise de jeu mobile devenue leader mondial, qui appartient maintenant à Electronic Arts. L’entrepreneur cofonde, en 2007, Stingray Digital, une société de diffusion de musique. Depuis 2011, Alexandre Taillefer est associé principal au Fonds XPND, un fonds d’investissement pour les entreprises qui œuvrent dans l’électrification des transports, des technologies des médias et du divertissement. Enfin, il fonde en 2013 Téo, une société de taxis électriques maintenant bien connue à Montréal puis, en 2016, son groupe fait l’acquisition du magazine culturel Voir.

L’entrepreneur a aussi présidé de nombreux conseils d’administration dont ceux de GSM Project, de l’Opéra de Montréal et du Musée d’Art contemporain de Montréal, pour ne nommer que ceux-là. Dans les dernières années, on a même vu  M. Taillefer prendre position dans certains débats politiques au Québec comme la hausse du salaire minimum et l’investissement dans les CPE.

Un exemple de courage et de persévérance

En décembre 2015, tout bascule pour l’homme d’affaires quand son fils Thomas, qui souffrait de cyberdépendance, s’enlève la vie en ne laissant qu’un Post-it sur son ordinateur, sur lequel il était écrit : « Bye ». Suite à cette épreuve, le père de famille se donne pour mission de mieux comprendre les dangers de la cyberdépendance et d’informer les gens le plus possible. Il livre un témoignage touchant dans son documentaire BYE, qui met en images l’une des pires expériences de sa vie et qui traite d’un sujet encore tabou : la santé mentale chez les jeunes. L’investisseur compte faire changer les choses et c’est pourquoi il s’implique énormément dans la prévention du suicide aujourd’hui.

Malgré la tragédie à laquelle il a été confronté, Alexandre Taillefer n’a jamais cessé de bâtir de nouvelles entreprises et de s’investir dans de nouveaux projets. Il est un exemple de persévérance, et son courage remarquable mérite d’être souligné.

Crédit photo : Courtoisie Radio-Canada