La Banque de développement du Canada nous apprend, dans son
étude intitulée
Défis des PME et
publiée en septembre dernier, que les fonctions d’entreprise les plus
difficiles pour les chefs d’entreprise au Canada sont les ventes et le
marketing, les finances (trésorerie) et les ressources humaines (RH). Plus
spécifiquement, on y apprend que l’embauche des employés (51 %), la bonne
composition de la rémunération (40 %) et l’amélioration de l’engagement des
employés (38 %) sont au sommet de la liste des défis liés aux RH.

Dans cette optique, voici les incontournables en ressources
humaines, que toute PME devrait mettre en place pour favoriser le bien-être et
l’engagement des employés et soutenir sa réussite ou sa croissance :

1. Préparez une
description sommaire de chaque fonction dans votre entreprise

Lorsque vous commencez à embaucher des employés pour
soutenir votre croissance, il est souhaitable de préparer une description
comprenant une liste des tâches qui seront effectuées, la formation académique
et les compétences nécessaires pour effectuer le travail ainsi que les qualités
personnelles souhaitées. Cette description servira de base par la suite pour
toutes les autres fonctions RH que vous développerez.

2. Soignez votre
recrutement et accueillez dignement vos nouveaux employés 

Votre description de fonction vous permettra de bâtir votre
affichage de poste et vos questions d’entrevue. L’affichage doit être assez
détaillé pour offrir un bon portrait du poste et présenter l’entreprise de
façon attrayante. Le fait qu’aujourd’hui les candidats ont l’embarras du choix
parmi les postes disponibles force les entreprises à bien identifier et
diversifier ses sources de recrutement.

Une fois le bon candidat trouvé, il est important de lui
démontrer qu’il est attendu en planifiant à l’avance son accueil : ses
accès, son bureau, sa formation, sa description de fonction, les documents
administratifs à compléter…, tout doit être prêt à son arrivée et croyez-moi,
cela fait toute une différence et contribue à favoriser l’engagement de cet
employé dans son nouvel emploi.

3. Respectez la Loi
sur la santé et la sécurité au travail

Vous pourrez utiliser vos descriptions de fonction pour
identifier les tâches à risque dans votre entreprise. La Loi sur la santé et
sécurité du travail oblige toute entreprise, peu importe le nombre d’employés, à
identifier, contrôler et éliminer les dangers pour ses employés, informer
ceux-ci des risques liés à leur emploi, leur donner la formation nécessaire
pour qu’ils travaillent de façon sécuritaire et superviser leur travail en s’assurant
que les normes de sécurité sont respectées.

Les risques doivent être identifiés au moyen d’affichettes
disponibles à la CNESST et un registre d’accidents, incidents et premiers
secours doit être documenté et signé par l’employé. Enfin, au moins un
secouriste doit être formé pour une entreprise de 50 employés et moins et une
trousse de premiers soins doit être visible et accessible par les employés.

4. Assurez-vous de
respecter la Loi sur l’équité salariale 

Si vous avez 10 employés et plus, et que vous ne relevez pas
de compétence fédérale, vous êtes visé par cette Loi. L’équité salariale réfère
au droit des personnes qui occupent un emploi à prédominance féminine à
recevoir une rémunération égale à celle obtenue par les personnes qui occupent
un emploi à prédominance masculine équivalent, c’est-à-dire de même valeur.

Pour établir cette valeur, vous aurez besoin de vos
descriptions de fonction, qui permettent de comparer par exemple un poste de
secrétaire-réceptionniste et celui de machiniste dans une entreprise.

Si vous avez atteint une moyenne de 10 employés et plus en
2015, vous devenez normalement assujetti à la Loi à compter du 1er
janvier 2016 et vous aurez 4 ans pour compléter votre exercice d’équité
salariale. Voir le site du
CNESST pour plus de détails.

5. Respectez les
normes du travail et prévenez le harcèlement psychologique

En tant qu’employeur vous devez vous assurer de respecter la
Loi sur les normes du travail et de bien renseigner vos employés sur leurs
droits.

Depuis 2004, tout employeur a la responsabilité de mettre en
place des moyens pour prévenir le harcèlement psychologique dans son
entreprise.

Il a aussi le devoir d’intervenir de manière à faire cesser
toute situation de harcèlement qui est portée à sa connaissance. Pour ce faire,
il peut être utile de résumer, dans un manuel qui sera remis à tous les
employés, les différents avantages offerts en matière de congés, rémunération,
procédure en cas d’accident du travail, procédure en cas de harcèlement
psychologique, etc.

Ceci permettra à chaque employé d’obtenir des réponses rapides
à ses questions et à l’entreprise de faciliter la prise de décisions et de
sauver un temps précieux.

6. Assurez-vous de
bien encadrer vos employés et offrez-leur de la reconnaissance

Il est souhaitable que chaque employé reçoive une copie de sa
description de fonction pour savoir exactement les tâches, l’attitude et le
comportement qu’on attend de lui. Des objectifs à atteindre pourront également lui
être attribués en vue d’augmenter son engagement, à condition qu’un suivi
continu de l’atteinte de ces objectifs soit effectué par son responsable.

Celui-ci pourrait également de façon plus formelle procéder
à une rencontre d’évaluation en cours d’année et une en fin d’année pour faire
un constat des bons coups et des points à améliorer.

Cette évaluation finale servira alors de base pour
identifier les besoins de formation de l’employé, les nouveaux objectifs à
rencontrer pour l’année suivante et pourra même servir à fixer l’augmentation
salariale ou le boni si l’employé a atteint ses objectifs.

7. Comptabilisez le
taux de roulement de votre personnel

Cette mesure calculée mensuellement ou annuellement
constitue la base pour évaluer la rétention des employés dans l’entreprise. Il
se calcule en divisant le nombre de départs par un chiffre constitué de l’addition
du nombre d’employés au début de la période et à la fin de la période, divisé
par deux. Le tout est multiplié par 100 pour obtenir un pourcentage. Par
exemple, vous étiez 25 employés au début du mois et vous êtes maintenant 23 à
la fin de celui-ci. Vous avez donc eu 2 départs durant le mois, ce qui implique
que votre taux de roulement sera de 8.3%. À noter qu’un taux de roulement
supérieur à 15% devrait amener une réflexion et une analyse approfondie.

Une bonne façon d’alimenter cette réflexion est de faire une
analyse de chaque départ volontaire dans l’entreprise. Un questionnaire
pourrait être préparé et remis à chaque employé qui quitte l’entreprise. Une
entrevue en personne peut également être faite, mais dans tous les cas, les
réponses devraient être consignées dans un registre et analysées.