Crédits photo : bacd.ca


La forte croissance de la concurrence internationale pousse les entreprises québécoises à innover constamment. Elles doivent non seulement développer de nouveaux produits afin de répondre aux exigences des consommateurs qui carburent à la nouveauté, mais elles doivent également revoir leurs procédés de fabrication. La révision des procédés de fabrication des entreprises notamment dans l’industrie manufacturière nécessite des innovations continues de manière à maîtriser et à réduire leurs coûts. Pour faire face à cette nécessité d’innovation, les entreprises s’inspirent de diverses sources d’information. Que ce soient leurs clients, leurs fournisseurs, les organismes régionaux de soutien, les universités ou encore les autres entreprises, ces sources d’information permettent de pallier aux ressources limitées des entreprises, principalement des PME.


Au Québec, de nombreux organismes régionaux soutiennent le processus d’innovation des entreprises. Financés par les gouvernements provincial ou fédéral ou même par les municipalités régionales de comté (MRC), ces organismes aident les entreprises à trouver la bonne idée, à créer un prototype, à développer un nouveau produit, à améliorer le procédé de fabrication, à tester le marché ainsi qu’à financer l’innovation. Cependant, tel que souligné lors de l’activité de réflexion du colloque intitulé « Écosystèmes d’innovation en région éloignée : enjeux de développement pour le Québec » présenté le 26 mai 2015 à l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) à Rimouski,  les organismes de soutien voués à la commercialisation des innovations sont pratiquement inexistants dans plusieurs régions au Québec. Bien qu’essentiel à la transformation d’une invention en innovation,  le marketing est en effet souvent l’activité négligée du processus d’innovation. Afin de combler de telles lacunes et de faciliter les échanges de connaissances, de plus en plus d’entreprises se regroupent géographiquement dans des parcs scientifiques. Elles peuvent ainsi échanger avec des entreprises souvent complémentaires et même à l’occasion concurrentes sur des problématiques communes telles que la compréhension de leur marché et des nouvelles tendances.


Selon l’UNESCO, il existe plus de 400 parcs scientifiques dans le monde dont 13 parcs au Canada et 6 situés uniquement dans la province de Québec. La plupart de ces parcs sont associés de près ou de loin aux organismes régionaux de soutien ainsi qu’au milieu universitaire. Cette proximité entre les entreprises et les universités permettent non seulement la dissémination de connaissances (Hu et al., 2005; Rosa et Mohnen, 2008) mais également d’augmenter la capacité d’innovation des entreprises (Castonguay 2014). Afin de maximiser la synergie entre le milieu universitaire et le milieu des affaires, de nombreuses universités du monde entier réalisent des efforts de rapprochement. Elles tentent notamment d’impliquer les gens des affaires dans les projets de recherche visant ainsi à améliorer la société. C’est d’ailleurs le cas, de l’Université du Québec à Rimouski, qui dispose maintenant du Centre d’Expertise Universitaire voué au Développement des Organisations (CEUDO) visant à rapprocher le milieu académique du milieu des affaires.


Inspiré des meilleures pratiques, ce centre se veut à l’avant-garde des besoins de développement et de partage des connaissances. Par sa vocation de recherche de pointe, il contribue à déterminer les tendances, les besoins et les perspectives d’intervention au profit du développement des organisations. Il vise à repousser les frontières des connaissances et à développer de nouveaux modèles d’affaires. Le CEUDO offre des formations, créditées ou non, élaborées en fonction des perspectives de besoins identifiés avec les partenaires, actualisées en fonction des plus récents résultats de la recherche et en ayant recours à des stratégies pédagogiques novatrices. Il participe ainsi activement à l’essor économique des entreprises et assume un leadership dans le développement des organisations en favorisant la concertation entre les chercheurs, les organismes régionaux de soutien et les entreprises.