En décembre 1953, Playboy sort son premier numéro. Son objectif est de divertir la gente masculine en proposant principalement des photos de femmes nues ainsi que des articles riches en contenu et des interviews avec des personnalités publiques. Grâce à la vision et à l’audace de son fondateur, Hugh Hefner, Playboy connaît un succès retentissant. Dans les années 1970, le tirage mensuel moyen s’élevait à près de 6 millions d’exemplaires. Toutefois, aujourd’hui, le portrait a complètement changé. Selon les chiffres d’Alliance for Audited Media (AAM), les ventes mensuelles peinent à franchir le cap du million de copies. Plusieurs facteurs, comme une compétition plus féroce (Hustler, Penthouse, Maxim) et un meilleur accès à du contenu sexuel sur Internet, forcent la direction à revoir son modèle d’affaires.

Face à cette situation, Playboy est demeurée en mode action; la direction tente de s’adapter aux nouvelles réalités. L’année passée, Playboy a pris la décision d’interdire les photos de femmes nues sur son site Web. La réaction a été surprenante. En effet, le trafic de visiteurs a quadruplé et la moyenne d’âge est passée de 47 à 30 ans. C’est pourquoi, à partir de mars 2016, Playboy cessera aussi la publication de photos de femmes nues dans son magazine.

Après le sommet, la descente


Dans le monde de l’investissement, plusieurs experts financiers ont connu rapidement la gloire grâce à l’exactitude de leurs prévisions. Par exemple, Robert Prechter a prédit le krach d’octobre 1987 (l’indice de référence du Dow Jones Industrial a alors perdu 22,6%) en utilisant une approche axée sur l’analyse des vagues d’Elliott. Dans les mois qui ont suivi, les médias l’ont propulsé au statut de vedette, lui permettant notamment de remporter le titre de gourou de la décennie 80 par le Financial News Network (maintenant CNBC). Malheureusement, sa popularité a ensuite considérablement chuté. Depuis quelques années, Robert Prechter prédit régulièrement une sévère correction boursière, qui tarde toutefois à se concrétiser. Voici un extrait d’une prédiction effectuée en 2010 :

The Dow Jones Industrial Average, which now stands at 9 686,48, is likely to fall well below 1 000 over perhaps five or six years as a grand market cycle comes to an end.

Bien que l’indice de référence n’ait cessé de grimper, Robert Prechter est demeuré pessimiste. En juin 2015, il a fait la une des journaux financiers avec un autre avertissement d’effondrement boursier alors que le Dow Jones Industrial Average se transigeait autour de 18 000.


Soyez souple mentalement


Malgré son expertise, il semble que Robert Prechter fasse preuve d’un manque d’ouverture et de flexibilité intellectuelle. Depuis la crise financière de 2008, plusieurs forces ont affecté le comportement boursier, notamment l’émergence du trading haute fréquence, les interventions des banques centrales et le problème de crédit de certains pays européens. Il faut donc tenir compte des nouvelles réalités et apporter les ajustements nécessaires à son approche, au besoin. Comme l’a fait Playboy, il est primordial de faire le point sur sa performance financière, de se questionner, voire de se réinventer. C’est la clé du succès à long terme.

Sources

BBC News, Playboy to drop naked women images, October 13, 2015.

Jeff Sommer, A market forecast that says take cover, New York Times, July 3, 2010.

Thomas Urbain, Playboy ne publiera plus de photos de femmes nues, Agence France-Presse, Octobre 13, 2015.