Plusieurs experts du monde de l’automobile prédisent que la transition des véhicules autonomes se fera lentement au cours des décennies à venir. Cette transition risque d’être plus rapide que prévu. En effet, certains analystes croient que les voitures autonomes seront communes sur nos routes d’ici 2025 et auront un quasi-monopole dès 2030. 

Bouleversements à prévoir

Ce progrès technique des véhicules autonomes risque d’entraîner un certain nombre de changements dans notre mode de vie :  pertes d’emplois, restructuration de notre économie, résolution de problèmes environnementaux, prévention de décès et création d’industries novatrices.

Cette transition est déjà amorcée. Selon Elon Musk, président-directeur général de Tesla Motor, les modèles produits par la firme en 2015 seront autonomes dans la conduite, soit 90 % du temps. Les autres grands constructeurs automobiles ne sont pas en reste. Par exemple, General Motors prévoit qu’en 2017 sa Cadillac pourra prendre le contrôle de la direction, l’accélération et le freinage à une vitesse d’environ 112 km/h ainsi que le système « Stop And Go » dans un trafic congestionné.

Google et Tesla affirment que d’ici 2020, la vraie conduite automobile se résumera à monter dans la voiture, dormir et vous réveiller à votre destination. Y croyez-vous?

Comment la transition va-t-elle s’opérer ?

Les experts estiment que l’achat des véhicules autonomes par les consommateurs sera lent, mais cela n’aura aucune incidence sur la progression technologique des voitures sans conducteur. La gestion annuelle d’une voiture coûte en moyenne 9 000 $ à un américain. Pas étonnant donc de constater le succès du covoiturage avec les entreprises comme Uber et Zipcar.

L’utilisation des voitures autonomes étant plus économique, de nombreuses personnes seront prêtes à investir dans leur achat. 60 % des Américains interrogés ont déclaré qu’ils pourraient monter dans une voiture autonome et 32 % affirment qu’ils seraient prêts à arrêter de conduire. À cette allure, Uber pourrait remplacer l’ensemble de sa flotte par des voitures autonomes. Le coût du trajet reviendrait moins cher en absence du chauffeur et l’attente d’une voiture serait de 36 secondes, ce qui rendrait caduque la possession d’un véhicule pour certaines personnes.

Quelle perspective pour l’avenir?

Malheureusement, la transition pourrait être fatale pour certains fabricants automobiles incapables de suivre le progrès technologique. Des fabricants comme Tesla auront sans doute une avancée en produisant des véhicules autonomes en série. Mais il faudra s’attendre à une perte d’emplois dans plusieurs secteurs d’activités : les assureurs, les transporteurs de poids lourds, les vendeurs de pièces détachées et bien d’autres seront touchés de plein fouet et subiront une profonde mutation. Par contre, malgré les millions d’emplois menacés, les accidents seront appelés à diminuer considérablement. Le besoin d’avoir un véhicule ne sera plus nécessaire et les embouteillages à longueur de journée ne seront plus qu’un lointain souvenir. Il sera encore plus excitant de découvrir les inventions dans le secteur de l’automobile avec des industries performantes que nous ne pouvons même pas imaginer.