Crédits photo : business-technology

Si Hollywood est un leader incontesté dans l’utilisation des robots humanoïdes, il faut toutefois relever que le téléspectateur est loin de se douter de leurs dysfonctionnements. Si les séries des films hollywoodiens « Terminators » montrent des séquences où des robots effectuent des prouesses époustouflantes, la réalité est tout autre.

Des robots pas tout à fait autonomes

En observant les vidéos qui circulent déjà en ligne depuis quelques semaines, on réalise bien vite qu’ils ont un problème d’équilibre. Libres des fils d’attache pour parer à d’éventuelles chutes, les robots font quelques pas seulement avant de s’affaler au sol. L’inclinaison étant trop forte, ils basculent tel un ivrogne.
Pas besoin d’être physicien pour constater un problème d’équilibre avec les robots humanoïdes d’Hollywood. Ils sont bien loin des performances d’Asimo, l’un des robots les plus aboutis au monde conçu par Honda. Pensez qu’un robot puisse véritablement exercer les tâches les plus banales de l’homme comme marcher, courir, se courber pour ramasser le journal, descendre l’escalier sont autant de prouesses techniques encore inconcevables pour ces machines. 
Les recherches montrent que ces tâches sont trop complexes pour les robots les plus avancés. La bipédie et l’équilibre chez l’homme sont un ensemble de processus physiologiques qui font appel aux muscles, aux nerfs et au cerveau. 

La recherche continue 

Après la catastrophe de Fukushima en 2011, la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) a résolu de mettre sur pied un programme de développement des robots. Ces machines pourraient aller dans les zones de catastrophes similaires à celle de Fukushima où l’homme ne peut s’aventurer.
Le défi est de taille : les robots devront franchir les obstacles, monter les gravats, ouvrir les portes, monter les escaliers. 
Au même titre que les robots d’Hollywood pas encore tout à fait à point, on comprend qu’il va falloir encore du temps pour que ces machines bipèdes soient totalement opérationnelles.