Square, la technologie de mini-lecteurs de cartes bancaires qui se connectent dans des téléphones intelligents ou des tablettes, vient de faire sont entrée à Wall Street. Son prix d’introduction revu à la baisse, plusieurs ont craint pour Square qui a toutefois, au contraire des attentes, fait une entrée remarquable.


Son président-fondateur, Jack Dorsey, aussi président de Twitter, a sonné la célèbre cloche de Wall Street et en a profité pour acheter des fleurs à partir de son téléphone portable à une fleuriste présente sur place pour l’occasion. Deux millions de vendeurs utilisent actuellement la petite machine pour faire payer leur client.


La société américaine de paiements mobiles a débuté sa cotation sur un bond de plus de 24% face à son prix d’introduction de 9 dollars. Ce bas prix d’introduction, précédemment annoncé entre 11 et 13 dollars, mettait en évidence un intérêt moins grand que prévu.


Ce manque d’intérêt et de confiance peut s’expliquer par plusieurs raisons. Tout d’abord, la méfiance générale envers les jeunes entreprises a engendré une revue à la baisse du prix d’introduction de Square. Le nombre de jeunes entreprises évaluées à plus d’un milliard de dollars est en hausse depuis les dernières années. Cette hausse de valorisation des entreprises n’est pas vue d’un bon oeil des spécialistes qui la considèrent comme excessive.


De plus, plusieurs s’inquiètent du fait que Dorsey ne peut tout faire en même temps : il met actuellement beaucoup d’efforts pour redresser Twitter donc ne peut être qu’à temps partiel sur Square. Finalement, l’entrée de Square à Wall Street ne se produit pas à un moment idéal alors qu’on a assisté à un ralentissement des introductions dans les derniers mois, surtout dans le secteur technologique.


Face à tous ces facteurs, le départ en force de Square s’est présenté comme une excellente nouvelle.

Crédits photo : fastcodesign.com