Saint-Valentin : fête sentimentale, occasion commerciale

Saint-Valentin : fête sentimentale, occasion commerciale

En ce 14 février,
nombre de couples devraient, de par le monde, célébrer leur amour à grand
renfort de baisers, caresses et … cadeaux. L’aspect commercial de la
Saint-Valentin est désormais indéniable. Et incontournable.

Selon un sondage
mené par la firme L’Observateur pour le compte du
Conseil Québécois du Commerce de Détail (CQCD), plus de 8 amoureux sur 10 célèbrent cet « événement ».
Ils devraient dépenser en moyenne quelque 73$ pour l’occasion. 
Le repas au
restaurant (58%), les billets de spectacles (31%) et les fleurs (22,5%)
restent des valeurs sûres. Avec une petite différence tout de même selon le
sexe : près d’un homme sur trois espère en effet recevoir une bonne
bouteille.

Et d’où viennent
toutes ces idées? D’Internet, pardi! 59% des Québécois y puisent leur
inspiration, bien plus souvent qu’au centre commercial (42%), dans la publicité
(41%), les vitrines (26%) ou les pharmacies (21%). 
« Cela démontre
l’importance de l’expérience
client en magasin et sur le Web. C’est là que l’omnicanal prend toute
son importance. Les détaillants doivent donc saisir ces occasions et créer le rendez
vous »,
analyse Léopold Turgeon, pdg du CQCD.

Le 14 février constitue une occasion rêvée tant pour les commerçants que pour les (petits) entrepreneurs, 71% des couples s’offrant en effet une activité spéciale (hôtel, escapade en amoureux, activités culturelles…).

La Saint-Valentin
rime donc avec dépenses. Et de nombreuses startups l’ont bien compris, qui
proposent des livraisons de roses, mettent sur pied une fin de semaine
romantique… ou organisent, dans les moindres détails, le mariage de vos
rêves.



Send this to a friend