Une soirée de Nota Bene : des histoires d’entrepreneurs inspirantes

Une soirée de Nota Bene : des histoires d’entrepreneurs inspirantes

Les trois hommes d’affaires derrière les succès que sont les entreprises Chocolats FavorisMirego et Dufour spectacles et images sont venus inspirer la nouvelle génération d’entrepreneurs qui s’étaient déplacées à l’Association France-Québec le 26 février dernier dans le cadre d’une soirée présentée par l’organisme Nota Bene.

Malgré le froid qui se faisait bien sentir à l’intérieur des murs de l’établissement, c’est dans une ambiance chaleureuse que les entrepreneurs Dominic Brown, Albert Dang-Vu et Olivier Dufour se sont rendus accessibles afin de répondre aux questions de la cinquantaine de personnes venues assister à l’évènement.

Raphaël Curadeau a assisté à la soirée. Pour lui, c’est justement le fait d’avoir accès à ces entrepreneurs qui a été le point fort de cette activité. « J’ai vraiment été surpris par le côté humain de ces entrepreneurs. Il est surprenant de voir que des gens qui connaissent beaucoup de succès prennent quand même le temps de venir discuter afin d’aider les futurs entrepreneurs », a-t-il expliqué.

C’est d’ailleurs dans l’optique de redonner à la communauté entrepreneuriale de Québec que M. Dang-Vu a pris la décision de participer à cette activité. Selon lui, le problème de Québec est que très peu d’entrepreneurs prennent le temps de redonner à la communauté.

Pendant l’échange entre M. Dang-Vu et les entrepreneurs auquel le Guide de l’entrepreneur a assisté, celui-ci a défini la culture d’entreprise qui règne chez Mirego. Sa compagnie recrée l’ambiance de travail des compagnies de Silicon Valley. Aires de divertissement, horaire flexible, rémunération concurrentielle font partie des conditions auxquelles peut s’attendre un employé de Mirego. M. Dang-Vu a expliqué que son but est que l’employé ait envie de retourner au travail le lundi. C’est d’ailleurs pourquoi Mirego supporte les initiatives des employés. « Chez Mirego, nous voulons développer l’intrapreneurship », a-t-il indiqué.

Lorsque le Guide de l’entrepreneur a assisté à l’échange avec M. Brown, celui-ci a raconté son parcours entrepreneurial de la création de Beenox à l’acquisition de la chocolaterie Chocolats Favoris. Pour M. Brown, il ne fait pas de doute que l’innovation est la clé du succès d’un entrepreneur. Il n’a d’ailleurs pas hésité à remettre en question les pratiques entrepreneuriales traditionnelles comme l’analyse « SWOT » et l’étude de marché. « Je ne porte aucune attention à mes concurrents pour ne pas copier ce qu’ils font. Pour innover, il faut être capable de se projeter 100 ans, voir 500 ans dans l’avenir », a-t-il raconté à ceux qui s’étaient réunis pour l’écouter.

Olivier Dufour fait des affaires principalement avec des clients à l’extérieur du Québec. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi c’était le cas, la réponse a été simple. « On a pas de sous au Québec », s’est-il contenté de répondre. Toutefois, M. Dufour est loin de renier la province qui l’a vu naître. « J’aimerais me payer le plaisir de faire des shows à Québec », a déclaré celui qui donne de son temps pour mener à bien des projets québécois qui lui tiennent à cœur.

M. Dufour aime travailler avec la technologie, mais met en garde contre l’utilisation de celle-ci. « Un show peut être impressionnant au point de vue technique, mais plate quand même. La technologie doit compléter la nature humaine », a-t-il précisé. Pour M. Dufour, il est important que celui qui pense se lancer en affaires connaisse les motivations qui le poussent à le faire. « Pour être en affaires, tu dois le faire pour une raison. Tu le fais parce que c’est plus grand que ta personne », a-t-il conclu.



Send this to a friend